Blockchain : l’avenir de la sécurité du web

L’avenir du web s’oriente sur des technologies totalement décentralisée. La sécurité est devenu le mot d’ordre lorsqu’on constate à quel point notre vie privée est mis à nue sur les réseaux sociaux, les moteurs de recherches et autres bases de données exploitées commercialement.

Il est plus que jamais nécessaire de séparer chaque données, de les cryptée et de reprendre la main sur l’usage qui puisse en être fait. On s’aperçois que nos données de santé elle-même commence à être diffusée sur ces réseaux, il convient donc de les protéger pour qu’elle ne soit mal utilisées. Il en est de même pour nos données financières et patrimoniales.

Pour contrôler la données, ce n’est pas nouveau il faut d’une part des lois, et d’autre par des solutions de cryptage et d’anonymisation. Mais voilà, jusqu’à encore récemment, la cryptographie était réalisé par une machine unique, autant dire qu’il n’en fallait pas beaucoup plus pour réaliser le décryptage d’information. L’avenir est donc orienté sur un ensemble de machine participant au cryptage d’une donnée via des block en chaine, selon des algorithmes différents, et surtout, sans que 2 fois l’ordonnancement du cryptage (et du décryptage) ne prenne le même chemin. Par exemple, sur un réseau de quelques milliers de pc interconnecté, le cryptage se ferait au travers de 4 machines différentes, sélectionnées de façon aléatoires, non référencées mais qui communiqueront automatiquement les unes avec les autres, via des repères spécifiques à la technologie qui seront stocké au sein même de la donnée, il en ira de même pour le décryptage de l’information.

Ce qui précède étant valable jusqu’alors sur le sujet de la cryptographie, mais s’étendant désormais sur le stockage applicatif décentralisé, ou bien encore avec l’avènement du NFT sur du contenu lui-même. Le web 3.0 ne dérogera donc pas à la règle et sera probablement transposé progressivement sous une architecture de ce type.